Escale,Liban
CHOUROUK HRIECH
À la source des lignes lointaines,2021
Escale,Liban

L'oeuvre

Dans À la source des lignes lointaines Chourouk Hriech évoque les mondes fantasmés de Byblos et d’ailleurs dans de vastes cartographies oniriques que traversent des oiseaux en migrateurs imaginaires, symboles de l’envol, de l’amour et de la liberté.

Mêlant différentes sources iconographiques, ses grands rouleaux de dessins témoignent des stratifications de la ville et de ses paysages, de ses royaumes aviaires fugaces et colorés.

Les oiseaux représentés n’ont pas été choisis pour leur appartenance à des espèces ou à des zones géographiques spécifiques, mais résultent de l’hybridation entre ceux que l’artiste a rencontrés « en nature » ou dans les gravures anciennes dans un jeu où l’observation et l’imagination se mêlent continuellement.

Chourouk Hriech s’empare de la couleur pour signifier l’urgence de leur disparition et les ressusciter par une prise de conscience collective. Dans un film aérien et sur des vitrophanies, elle convoque l’image en mouvement d’un ciel dont elle essaie de dessiner les nuages et les contours, comme une lutte impossible avec les éléments.

Un ciel commun où seraient dissipées les frontières entre toutes les formes de vie animales, organiques et végétales.

Portrait de Chourouk Hriech
Chourouk Hriech

Biographie

Née en 1977 à Bourg-en-Bresse. Vit et travaille à Marseille, France.

Dans un rapport constant à l’architecture, l’artiste franco-marocaine Chourouk Hriech construit par le dessin une oeuvre hybride, inspirée de l’histoire des lieux anciens, récents, réels ou imaginaires qu’elle traverse, et de ses lectures.

Ses compositions viennent réactiver des formes enfouies dans la mémoire collective – paysages, villes, images diverses… Ses visions kaléidoscopiques et inattendues d’un territoire et du vivant se découvrent dans des dessins à l’échelle de la feuille ou du mur, dans des installations immersives, comme un cheminement à travers des cartographies en noir et blanc, incitant à la rêverie et à la déambulation.

L’artiste suggère de nouveaux voyages à travers des paysages en mutation, sans cesse reconfigurés. Discontinues, les villes dont elle accentue la verticalité, la géométrie et l’aspect chaotique, subissent des changements d’échelles et de points de vue et proposent une expérience corporelle et mentale de l’espace.

Plus récemment, elle a étendu son vocabulaire à d’autres médiums tels que la photographie, la vidéo et la danse et à des collaborations avec des musiciens.